2 octobre 2018

CRÉATION D’ENTREPRISE LE GRAAL

Au risque de briser des rêves, l’équipe de Freecadre revient sur une réalité que les candidats à l’entrepreneuriat oublie, gomme ou tout simplement ne veulent pas voir pour se lancer dans le monde de l’entreprise. Les futurs entrepreneurs parlent tous de liberté, d’indépendance, d’épanouissement, « être son propre patron » revient comme une litanie ou encore « fini les chefs qui ne comprennent pas le travail », il y a encore d’autres expressions comme ça, mais en fait « La vérité est ailleurs ».

ENTREPRENEURS QUEL EST VOTRE PROFIL ?

De nos jour en France, il faut bien admettre que la nouvelle génération est plus tentée par l’entrepreneuriat que par une carrière de fonctionnaire, c’est à un salon des Entrepreneurs qu’un certain ministre de l’économie aujourd’hui président de la république qui a eu ces mots que beaucoup reprennent à leur compte : « La seule erreur qu’on pourrait vous reprocher ou que vous pourriez vous reprocher à vous-même, c’est de ne pas avoir essayé ». Certes, ce n’est pas une attitude positive qui change une personnalité, certains arrivent d’autres pas.

Deux profils sont identifiés, quel est le vôtre ?

Les entrepreneurs épris de liberté qui souhaitent gagner plus

Dans cette catégorie, on trouve un très grand nombre de profils très différents :

· Des hommes et des femmes dans le secteur du numérique souhaitant plus d’autonomie, plus de liberté,

· Des demandeurs d’emplois ne trouvant pas le job de leur rêve, qui souhaitent juste créer le leur,

· Dans le secteurs de l’immobilier qui recrute énormément, des hommes et des femmes attirés par les campagnes de recrutement qui mettent en avant des taux de commissions importants,

· Dans le secteur du secrétariat, du télétravail, des candidats à la création qui souhaitent travailler de chez eux en organisant leur activité selon leur besoin,

· Des jeunes qui ne croient plus aux carrières à l’ancienne,

· Des cadres ou des experts lassés par une hiérarchie qu’ils pensent n’être là que pour profiter de leurs compétences,

· Des personnes en reconversion professionnelle qui se disent pourquoi pas moi,

· D’autres encore dont la liste serait trop longue à énumérer……

Créer une activité pour les mauvaises raisons ou sans vrai projet est ce qui explique que plus de la moitié des auto-entrepreneurs ne génèrent aucun ou très peu de chiffre d’affaires.

Les entrepreneurs avec un projet bien arrêté

On trouve dans cette catégorie, des hommes et des femmes qui ont mûrement réfléchi leur projet, qui ont fait des études de marché, qui ont étudié la faisabilité, analysé les risques, qui ont parfois travaillé tout en démarrant leur projet, on trouve en portage salarial quelques futurs créateurs qui testent leur projet. Parfois des experts à la retraite qui ne souhaitent pas arrêter, il se peut parfois que ces entrepreneurs aient un des profils de la première catégorie, mais ici, tout sera calculé. Même s’il n’y a pas de recette exacte pour la réussite, les créateurs qui ont ce profil, auront mis toutes les chances de leur côté pour que leur projet aboutisse. Ce type de profils ont toutes les chance de réussir.

Tout n’est pas blanc ou noir

Il y a parfois des nuances, tout n’est pas tout noir ou tout blanc, le gris existe. Beaucoup des candidats à la création d’entreprise ont l’un de ces profils, mais l’entreprise n’est pas que la liberté, l’absence de hiérarchie, l’organisation de son activité selon ses choix ou le type de vie que l’on veut avoir, ce n’est pas une plus forte rémunération. A toutes ces raisons, il est possible d’y opposer des contraires comme l’obligation de toujours se dépasser, trouver des clients, négocier des contrats, rendre un travail dans les délais, quitte à travailler en dehors de l’emploi du temps fixé, avec les charges au final gagner moins, la demande de prêt qui n’est pas acceptée à cause de l’absence de revenus fixes, etc…

Devenir entrepreneur n’est pas une décision qui doit être prise à la légère, elle va impacter le reste de sa vie, de sa famille, elle va avoir une incidence sur son statut dans la société, se lancer en connaissance de causes est gage de réussite.

Le portage salarial comme solution

Un très grand nombre de candidats à l’indépendance questionnent les collaborateurs de Freecadre et exposent leurs projets en demandant qu’elles sont les possibilités de les mettre en œuvre sans prendre de risque financier ou sans perdre ses droits, s’agissant de demandeurs d’emploi. Le portage salarial est sans contexte la solution qui permet de tester son projet sans prendre réellement de risque, sans basculer dans l’inconnue qu’est la création d’entreprise. C’est la solution qui permet aux créateurs d’entreprises en devenir de tester leurs activités en grandeur réelle. Trouver des clients qui seront facturés par la société de portage salarial, apprendre à négocier sans pression, mettre en place sa future structure, son réseau, pour ensuite se lancer, ou pas. La suite s’écrit au futur……

Article rédigé par l’équipe Freecadre