3 août 2022

Rémunération et portage salarial

Un salaire de complément ou un réel revenu ?

Permettant de bénéficier d’un accompagnement dans la gestion de son activité, le portage salarial offre un certain nombre d’avantages pour les professionnels désireux de pratiquer une activité de façon indépendante. Nous allons faire le point dans cet article sur le fonctionnement de ce système et sur les possibilités offertes en termes de revenus et du cumul d’activités afin de vous donner toutes les pistes pour mieux comprendre comment appliquer au mieux le portage salarial à votre activité.

Bien comprendre le portage salarial

A la différence des micro-entrepreneurs et des travailleurs indépendants, les consultants qui travaillent en portage salarial avec une société habilitée ne se payent pas directement sur le chiffre d’affaires réalisé. Ses prestations sont facturées par lui à ses différents clients et c’est la société de courtage qui s’occupe de cumuler les sommes reçues des différentes prestations délivrées pour établir le salaire à verser mensuellement. Ce système permet au travailleur porté de continuer à cotiser auprès des divers organismes afin de conserver sa protection sociale et ses droits au chômage. En effet, c’est la société de portage qui gère le règlement des diverses taxes et cotisations auprès des différents organismes pour assurer le maintien des protections sociales. C’est également elle qui prend en charge les différents frais de gestion inhérents aux différentes missions. Cela représente entre 5 et 10% environ des honoraires facturés. Le secteur du portage salarial est régi par une convention collective fixant le montant minimal de la rémunération des salariés portés. Fixé à 2 483 € pour l’année 2018, ce montant peut évoluer tous les ans et correspond à 75% du plafond de la sécurité sociale. Ce montant concerne le salaire brut. Il convient de déduire 20% de cotisations salariales pour obtenir le montant net. Pour un temps complet, la rémunération tourne donc autour de 2 000 €. Afin de pouvoir couvrir les différents frais de gestion et le règlement des cotisations sociales et patronales, il est conseillé au consultant de facturer des honoraires correspondant au double du salaire escompté. Pour calculer son revenu, il est possible d’effectuer une simulation en ligne.

Opter pour un temps plein ou un temps partiel

Se tourner vers une activité sous le régime du portage salarial à temps complet ou pour s’assurer un simple complément de revenu dépendra avant tout de l’expertise proposée par le consultant, de son souhait en terme de disponibilité et surtout des besoins du marché. Si vos conseils ou votre savoir-faire sont très recherchés, vous pourrez sans problème vous tourner vers une activité à temps plein. Toutefois il est nécessaire de prendre en compte qu’il y a des périodes plus calmes où le salaire n’est pas garanti si le salarié porté ne trouve pas de clients. Le salaire est directement lié aux prestations effectuées chaque mois. L’article 22.2 de la convention collective prévoit cependant des exceptions lorsque le compte du consultant en portage permet de bénéficier d’un versement régulier. La majorité des entreprises de portage ont signé des accords avec des agences d’intérim ou de gros clients assurant une activité régulière aux salariés portés. Ces accords peuvent permettre de réduire au maximum les mois sans activités. Néanmoins, ces partenariats n’ont pas de caractère obligatoire, les sociétés de portage n’étant pas assujetties à accompagner la prospection commerciale de leurs salariés portés. Il est important de noter que les missions en portage doivent être limitées à une durée maximale de 3 ans. En conséquence, le consultant doit régulièrement veiller à trouver de nouvelles prestations. Le portage est également une excellente manière de s’octroyer un complément de revenu à une activité salariée déjà existante. On compte trois situations dans lesquelles un salarié peut compléter ses revenus avec un contrat de portage salarial :

· Lorsqu’il exerce déjà une activité à temps complet mais qu’il souhaite tester la viabilité de sa nouvelle affaire avant de se lancer.

· Lorsqu’il occupe un temps partiel et qu’il souhaite compléter les revenus liés à son activité avec une activité en portage. Il convient dans ce cas que cela ne génère pas de conflit de loyauté entre les deux employeurs.

· Lorsqu’il sait que son activité en portage ne lui prendra que quelques heures par mois.

Pour conclure

Il est important de préciser que le Code du Travail limite le cumul d’activités, plafonnant à 48 heures par semaine le nombre d’heures maximales travaillées. Pour plus de renseignements, les collaborateurs de Freecadre répondront aux différentes interrogations. Il suffit de se connecter sur le site y remplir le formulaire de contact et poser ses questions ou de se faire rappeler en utilisant la fonction Rappelez-moi.

Article rédigé par l’équipe Freecadre